20201206_163957.jpg

LA MEDECINE DRUIDIQUE

Du Magique au Sacré...

Chez les Celtes, depuis des Temps immémoriaux, la Médecine fait appel à tous les éléments de la Nature et est systématiquement reliée à la Magie, toutes deux exercées par le Druide.

Celui-ci considère chaque humain dans sa globalité. Il ne se contente pas de lui administrer un végétal pour le soigner, mais l'entoure de Rituels, de Cérémonies et de nombreuses protections. Dans son espace Sacré, les herbes lui servent aussi à protéger l'environnement et les forces mystérieuses qui le conduisent.

Dans les croyances Celtiques, chaque acte de la Vie est Sacré. Ce sera donc le cas lorsqu'il faudra prélever une plante de la Nature, dans laquelle rien n'est inutile et où tout à sa raison d'être. Il n'y à aucune hiérarchie dans le vivant, les uns et les autres vivent en harmonie.

A l'inverse de notre Civilisation, les Druides rapprochent l'Homme de l'Univers qui l'entoure. Leur vision n'est pas anthropocentrique, c'est-à-dire qu'ils ne mettent pas l'Homme au centre de tout, mais l'intègrent dans un juste équilibre.

Pour les Druides, les Hommes ne sont pas au centre de l'Univers, mais participent à un grand cycle merveilleux avec les plantes, les animaux, les minéraux, les astres et toutes les représentations symboliques de l'Autre-Monde. 

Les herbes magiques permettent d'aller visiter ce lieu et de revenir conter aux vivants ce qui s'y passe.

20201206_170226.jpg

La Spiritualité s'exerce dans un lieu ou un édifice Sacré, comme une forêt, une clairière ou un cercle de pierres : c'est le Nemeton.

C'est en ce lieu que se prononcent les initiations, les incantions, la Magie, mais aussi les remerciements, les demandes aux Dieux et la consécration des plantes Rituelles.

Traditionnellement, la Médecine Druidique ne se sépare jamais de la Spiritualité et de la Magie. Pour autant, elle ne s'écarte jamais non plus de la Divination, des présages et des augures. C'est pour cette raison qu'il existe incontestablement une Médecine des Druides, car eux seuls sont habilités à exercer l'action Rituelle qui guide l'Art Médical.

Cet Art issu de ceux qui ont vécu il y à plus de deux mille ans, ne doit pas être réduit à quelques actes de sorcellerie. Leur pensée, dite Holistique, c'est-à-dire globale, est au contraire un modèle pour nous, considérant l'Humain dans sa globalité.

Au-delà de toute Médecine, le Corps n'est qu'une enveloppe qui abrite l'Âme immortelle. En attendant la fin terrestre de chaque homme, le Druide lui, crée un pont avec les Dieux, qu'il ne manque jamais d'emprunter : en Médecine Végétale, le Druide s'adresse aux Dieux et aux Déesses.

Par ailleurs, la Médecine chez les Celtes ne se limite pas à l'utilisation des végétaux et des Rituels qui leur sont joints, elle comprend aussi une part de Chirurgie. De plus, sachant que toute Médecine se relie aux éléments qui l'entourent, les Druides n'hésitent pas à puiser dans leur environnement pour soigner. C'est aussi la Médecine des pierres, des métaux, des fontaines, des arbres...

Dans la Médecine Végétale, le Druide s'intéresse aux plantes pour leur action thérapeutique sur la Santé du Corps, mais aussi pour leurs vertus ésotériques sur la Santé de l'Esprit et enfin pour leurs propriétés de Divination et d'élévation, tels des transporteurs des Âmes.

Ces préceptes révèlent "une Sagesse" dans le rapport de l'Homme avec sa Santé et des solutions pour rester dans un Corps sain : la Médecine, en communion avec la Nature et enfin avec le Cosmos dans son entier.

Ces généralités se retrouvent ailleurs que dans le Druidisme, et pour nous, elles sont incontournables.

Pour réussir les échanges avec l'Autre-Monde et participer à la sérénité des équilibres vivants, l'Esprit et l'Âme ne doivent pas avoir à subir les déséquilibres du Corps, ni des traitements qui occasionneraient une amélioration passagère, masquant les vraies réalités d'un trouble en évolution. Pour le Druide, on ne traite pas que les conséquences des affections.

Simples observations, bon sens populaire, chacun a sa manière de voir la maladie et de la prévenir. Entre fatalisme et acceptation, entre châtiment et mauvais oeil, des observations simples facilitent la compréhension des rapports de l'individu avec sa Santé.

Dans tous les cas, une Maladie est un choc évident, une perturbation que l'on constate, que l'on diagnostique. Mais il faut aller plus loin en recherchant les causes réelles, qu'elles soient fonctionnelles ou psychosomatiques.

Cette démarche permettra aussi de faire de la prévention et peut-être d'éviter de se retrouver à nouveau avec affection identique ou encore subir une récidive.

Au-delà des maux à soigner, la Tradition prend en compte l'environnement symbolique de l'individu : c'est la dimension Magique de la Médecine Druidique.

Pour nous, Druides, afin de soigner et de se soigner, l'Homme à tout ce dont il à besoin à sa disposition dans la Nature.

Extraits du Livre de Pascal Lamour, L'Herbier Secret du Druide

© Copyright Eline Kawczynski
  • Facebook - Voyage celtique